Environnement, économie et société /
Agriculture durable

Agriculture durable

Contre l'utilisation des néonicotinoïdes tueurs d'abeille

Le gouvernement a lancé une consultation publique et nous n’avons que jusqu’au 25 janvier pour dire STOP au gouvernement. Monique, faisons en sorte de faire entendre toutes les voix - majoritaires en France - de celles et ceux qui sont contre un retour des pesticides tueurs d’abeilles : participez à cette consultation publique et faites participer vos contacts.

Tout le monde peut participer à cette consultation publique et donner son avis. Soyons donc nombreux à le faire. Pour enrichir votre avis avec des données scientifiques sur la nocivité de ces pesticides tueurs d'abeilles, des ONG partenaires ont rédigé un excellent document avec toutes les informations nécessaires.

le voici : taper ici

vous pouvez aussi reprendre ce texte:

Modèle de texte à copier/coller :
« Par la présente, je me permets de vous faire part de mon opposition à l’égard de la réautorisation des insecticides contenant les substances actives imidaclopride ou thiamethoxam produites par les multinationales Bayer et Syngenta.
Comme vous le savez, au regard de la réglementation européenne, cette réautorisation ne peut qu’être dérogatoire, strictement limitée dans le temps et dans l’espace et justifiée par une menace réelle et dûment vérifiée.
Or, l’avis de l’ANSES n°202°-SA-0124 est un concentré d’imprécisions qui ne peut que remettre en cause la volonté du gouvernement de réautoriser, nationalement, ces insecticides « tueurs d’abeilles ». En page 9 de l’avis, les experts de l’agence écrivent "l’évaluation des risques n’a pas pu être finalisée pour le thiamethoxam". Plus loin, "pour les larves, la valeur de toxicité utilisée est provisoire". Encore plus loin, "les études en champ avec mesures de résidus dans des cultures suivantes n’ayant pas été considérées suffisamment robustes par l’agence européenne, une évaluation n’a pas pu être réalisée". Ou encore et encore "Aucune étude en champ évaluant les effets à court, moyen et longs termes sur les abeilles solitaires n’est disponible […] Il n’est pas possible d’exclure un risque pour les abeilles, les bourdons, et les abeilles solitaires".
Pendant ce temps là, les études se multiplient mettant en évidence un effondrement massif et soudain des populations d'insectes.
Alors même que l’autorisation de mise sur le marché a été accordée pour ces deux molécules voilà plus de 10 ans, il est pour le moins scandaleux que l’agence française d’évaluation en soit encore à reconnaître qu’elle ne sait rien ou presque quant aux effets écosystémiques.
Ce que l’on sait par contre, c’est que la menace, largement amplifiée par la filière betteravière pour obtenir la réautorisation des insecticides néonicotinoïdes, n’est nullement avérée pour la saison 2021. Une réautorisation unilatérale de ces deux molécules, sans tenir compte de la pression réelle des pucerons, contreviendrait, à coup sur à l’article 53 du règlement (CE) européen n°1107/2009.
Par cette contribution, je vous demande de bien vouloir mener à bien de nouvelles évaluations permettant d’objectiver la réalité de la « menace » vis-à-vis de la jaunisse du puceron. En attendant, je vous rappelle formellement mon opposition déterminée à la réautorisation des insecticides néonicotinoïdes. »

Pour une agriculture paysanne, durable et respectueuse de l'environnement

GSE s'attache à promouvoir une agriculture durable

- qui assure le maintien d’exploitations viables sur tout le territoire,

- qui permette l'installation de jeunes agriculteurs sans investissements démesurés

- qui respecte l’eau , l’environnement, les sols,

- qui assure la production d’aliments sains et de qualité , et pour cela, GSE privilégie une agriculture biologique et de proximité (pour éviter au maximum les transports routiers)

- qui préserve la biodiversité , tant en ce qui concerne la faune et la flore sauvage que les espèces cultivées et les variétés animales d’élevage.,

- qui assure la diversité des paysages (maintien des prairies d’altitude et de coteaux , entretien de haies ...)

- GSE s’oppose à la culture des OGM , soutient le mouvement des « faucheurs volontaires » .

-GSE s'oppose à la prolifération des élevages hors sol de type industriel ( élevages porcins générateurs de lisiers, poulaillers industriels, fermes dite"de mille vaches"....)

-GSE souhaite la limitation au maximum, et la suppression à terme de l'usage des pesticides, engrais chimiques et autres intrants destructeurs

GSE est membre d'Alliance PEC Isère( Paysans- ecologistes-consommateurs): contact@alliancepec-isere.org