Bienvenue sur le site de GSE

L'Association Grésivaudan Sud Ecologie créée en 1988 a pour objet la protection de l'Environnement et la diffusion des idées et thèmes de l'Ecologie.Elle regroupe une trentaine d'adhérents et concerne le canton de Saint Marcellin et les communes voisines des cantons de Pont en Royans et Vinay dans le département de l'Isère.. Membre de la FRAPNA -Isère depuis 1995 , elle est depuis décembre 2005 agréée pour la protection de l'Environnement par la Préfecture de l'Isère.

L'association se réunit en séance plénière une fois par an ( AG et environ) et en CA ouvert de façon régulière

L'association GSE est ouverte à tous ceux que les questions d'environnement préoccupent et intéressent . L'association GSE travaille en collaboration avec l'association Astre dans un collectif "Astre-GSE"

nouveau rassemblement des coquelicots le 8 novembre

le prochain rassemblement des coquelicots a lieu le vendredi 8 novembre à 18 30 devant la mairie de saint marcellin. Des flyers sont disponibles.

On distribuera des affiches sur les nouveaux fongicides SDHI, publiés par les coquelicots et on fera goûter les belles pommes anciennes du verger des « fruits retrouvés ». Nous espérons la présence de maraichers bio et de nuciculteurs bio pour qu’ils nous parlent de leurs techniques sans pesticides.

Actuellement l'appel en est à 952000 signatures; ce serait bien d'atteindre le million avant décembre...

Les coquelicots, toujours présents.

Vendredi 4 octobre, le nouveau rassemblement des coquelicots organisé par le collectif « Astre-(Actions Solidaires pour la TRansition Energ'éthique) ‐ GSE (Grésivaudan Sud Écologie) ‐ SAT (Saint‐Antoine en Transition) » devant la mairie de saint Marcellin a regroupé un peu plus de 40 personnes. Pierre Feugier, le président de GSE a rappelé les dangers des pesticides nicotinoïdes sur la santé des insectes, des oiseaux et des humains, en insistant sur la nécessité de retrouver une véritable agriculture s’appuyant sur de vrais connaissances agronomiques et non le développement d’une agro-industrie chimique( qui empoisonne l’air, détruit les sols et réduit drastiquement les emplois agricoles). La limite proposée par le gouvernement de 5 à 10m des habitations pour l’emploi des pesticides parait complètement ridicule. Monique Baudoin a parlé du rassemblement devant le tribunal administratif de Grenoble pour défendre le Maire de Saoû (drôme) qui avait pris le même arrêté que le maire de Malleval pour interdire l’emploi de pesticides à 150 m des zones d’habitation ; beaucoup d’associations et d’élus étaient présents dont le maire de Grenoble. Néanmoins l’arrêté a été suspendu par le TA. Le maire de Saoû a décidé de faire appel.

Le collectif n’a pas eu encore vraiment de retour de la lettre envoyée à tous les maires de La communauté Saint Marcellin- Vercors-Isère pour leur demander de mettre à l’ordre du jour d’un conseil municipal une discussion sur un soutien au mouvement des coquelicots.

Enfin ,les organisateurs ont présenté la lettre du mouvement des coquelicots (865 000 signatures de l’appel) qui dénonce un nouveau scandale, celui des fongicides SDHI : « Avec l’affaire des pesticides SDHI, une opportunité sans égale nous est offerte. Un, faire éclater au grand jour que notre grande agence de protection, l’ANSES, a partie liée avec le lobby des pesticides. Deux, empêcher que se réalise la catastrophe dénoncée par des scientifiques qui ont prouvé l’extrême dangerosité de ces fongicides . Des affiches ont été réalisées pour ça…. Si nous sommes assez nombreux à harceler démocratiquement toutes nos autorités, jusqu’à nos conseillers municipaux, il est possible d’obtenir dans les mois qui viennent le retrait du marché de ce nouveau poison. C’est maintenant, ou nous n’aurons plus tard que nos yeux pour pleurer une nouvelle tragédie. »

Le collectif a donc commandé des affiches qui seront distribuées lors du prochain rassemblement qui aura lieu le vendredi 8 novembre ( et non le 1er, afin de ne point transformer les coquelicots en chrysantèmes…), toujours devant la mairie de saint Marcellin.

nouveau rassemblement des coquelicots le 4 octobre

Le nouveau rassemblement des coquelicots aura lieu à saint Marcellin le vendredi 4 octobre à 18h30 devant la mairie. On parlera des nouveaux fongicides SDHI et on distribuera des affiches à coller un peu partout pour alerter sur ce sujet. On fera le point sur la situation des maires qui ont pris des arrêtés pour limiter l'usage des pesticides dans leur commune et sur le TA du 30 septembre. M; Le Maire de Malleval sera sans doute présent. Venez nombreux et continuez à faire signer l'appel. N'oubliez pas d'apporter un verre pour le pot commun.

bien sûr pour plus d'informations allez faire un tour sur le site des coquelicots.

E n attendant, nous avons participé au rassemblement devant le tribunal administratif de Grenoble pour apporter notre soutien au Maire de Saoû (drôme) qui avait pris le même arrêté que le Maire de malleval et passait en procès le 30 septembre. Quelques photos...

Le tribunal administratif de Grenoble a pris sa décision ce merdredi 02 octobre. Il suspend l'arrêté anti-pesticides de Daniel Gilles. Selon nos confrères du Dauphine, " le tribunal administratif soutient que le maire est incompétent pour édicter une telle réglementation. Par ailleurs, il indique qu' "il n'existe pas de situation de péril imminent ou de circonstances locales particulières justifiant l'arrêté ".

L'affaire n'est pas pour autant terminée, Daniel Gilles a déclaré qu'il faisait appel de cette décision. » FR3 Auvergne-rhone alpes.

les coquelicots sont revenus le 6 septembre

Lors du rassemblement pour l'arrêt de l'utilisation des pesticides de synthèse le vendredi 6 septembre à 18h30 devant la mairie de saint marcellin, le collectif ASTRE-GSE-SAT a fait connaitre à la grosse cinquantaine de présents, le texte de fabrice Niccolino sur les nouveaux fongicides SDHI, particulièrement toxiques. Des pétitions sont actuellement en circulation sur cette question.

Nous avons également lu la lettre envoyée aux maires de la Communauté Saint marcellin-vercors-isère pour leur demander de mettre à l'ordre du jour d'un conseil municipal le soutien à notre mouvement"nous voulons des coquelicots", sachant que de nombreuses communes l'ont déjà fait dans le pays ( voir sur le site "nous voulons des coquelicots")

Et nous avons présenté et fait signer une lettre de soutien au Maire de Malleval en Vercors, seule commune de l'Isère a avoir pris un arrêté pour limiter l'usage des pesticides. M. Le Maire de Malleval, Vincent Bayot nous a fait la surprise d'arriver à la fin du rassemblement et il nous a appris que la préfecture lui avait enjoint de retirer son arrêté et qu'il avait refusé ; nous lui avons donc remis la lettre de soutien et il nous a fait parvenir cette belle lettre de remerciement:

"Bonjour

Je souhaitais à nouveau remercier toutes les personnes qui ont signé la pétition vendredi.

Comme je vous l’ai annoncé, j’ai refusé de retirer mon arrêté. Un courrier a été envoyé en préfecture samedi pour justifier cette décision. Il m’était reproché de méconnaître le fait qu’un maire ne peut utiliser le principe de précaution en dehors de ses compétences, et que les produits phytosanitaires relèvent du ministère de l’Agriculture. J’ai répondu qu’il n’était pas question du principe de précaution, puisque la dangerosité des produits est avérée et non supposée. Par ailleurs, des zones sensibles - comme les écoles - font déjà l’objet de mesures particulières, ce qui reconnaît la dangerosité des pesticides et implique le besoin de protéger la population, ce qui est pour moi une mesure de sauvegarde. Le gouvernement propose une distance de protection de 5 à 10 m. C’est bien sûr insuffisant et ne tient compte, ni de l’orientation/vitesse du vent, ni de la direction/puissance d’épandage. Néanmoins, c’est déjà une petite victoire, car le besoin de protéger toute la population est ainsi reconnu. Il reste à obtenir des contraintes réalistes et efficaces sur les conditions d’épandage.

Bonne semaine à toutes et à tous,

Vincent Bayot"

Vous pouvez retrouver les articles parus dans la presse locale: le Dauphiné libéré, le Mémorial,

Une interview du maire de Malleval est à regarder sur TV Vercors

Le prochain rendez vous est bien sûr le prochain premier vendredi, le 4 Octobre

le 7 juin à Saint Marcellin

Les coquelicots sont en fleur en juin

Nous avons la chance d’avoir encore dans notre région, sur les bords des routes qui ne sont plus traités de superbes coquelicots en fleurs. Bien sûr, la campagne « nous voulons des coquelicots » continue ; l’association nationale a organisé même pour le 7 juin le mariage coquelicots-climat car la lutte contre l’emploi des pesticides chimiques se situe dans la même ligne que la défense du climat : « Les deux seules batailles qui comptent pour tous se rejoignent. Un climat enfin stabilisé dans un monde sans oiseaux, c’est une vision d’horreur. Une planète avec des papillons, mais pliant sous les typhons et ravagée par les sécheresses et les inondations, c’est l’épouvante. »

le vendredi 7 juin à 18h30 place d’Armes le rassemblement a encore réuni une cinquantaine de personnes, comme le montre l'article joint du Dauphiné Libéré

campagne « glyphosate dans les urines » : les prélèvements ont eu lieu le 14 juin dès 6h du matin salle 11 rue saint laurent en présence d'un huissier; 31 personnes ont participé à cette première campagne. voir article DL

Les coquelicots toujours présents, le 5 mai.

Ce vendredi 5 mai, une cinquantaine de personnes se sont à nouveau rassemblées devant la Mairie de Saint Marcellin sous la bannière « nous voulons des coquelicots », pour rappeler leur opposition à l’utilisation des pesticides de synthèse. Pierre Feugier, président de l’association GSE a fait l’historique du mouvement commencé en septembre 2018 et qui a permis de récolter dans toute la France déjà plus de 640000 signatures ; il a rappelé la présence de pesticides dans les eaux « potables » de la plupart de nos communes ( à l’exception de quelques unes : Vinay, saint lattier, Montagne…). Ensuite le représentant de la campagne de détection du glyphosate dans les urines, a annoncé que le chiffre de 40 personnes étant atteint les analyses vont avoir lieu dans notre zone vers le 12 juin. Puis la présidente de « Noix, Nature, santé »(association devenue saint marcellinoise)a présenté la charte de bonne pratique élaborée avec des nuciculteurs. Un article est paru dans le dauphiné du dimanche

Les manifestants se retrouveront et ils espèrent plus nombreux le vendredi 7 juin prochain.

En attendant, ils vous invitent à aller voir le spectacle "Manger" à Saint Just de Claix le vendredi 17 mai

des coquelicots dans nos coteaux en 2018

Infos sur les compteurs Linky

Suite aux réunions d'information qui ont eu lieu à Saint Hilaire du Rosier et saint Marcellin, organisées par le collectif anti-linky, nous proposons à tous ceux qui le souhaitent d'entrer en contact avec le collectif pour recevoir des informations ou signaler vos démarches :

On peut contacter le collectif vial'adresse mail suivante :stoplinky.sudgresivaudan@gmail.com.

Cette adresse est accessible par les personnes qui constituent le bureau. Ensuite, nous répondons en fonction d'un secteur octroyé à chaque membre du bureau. Nous nous consultons pour répondre aux demandes spécifiques pour lesquelles nous n'avons pas de réponse immédiate.
Toutes les personnes qui le souhaitent peuvent nous contacter, nous pouvons les aider si c'est leur souhait, à entreprendre les démarches visant à refuser le compteur linky .

Notre but est que personne ne se sente abandonné dans son coin face aux pressions d' Enedis.

Plus nous sommes nombreux, plus nous avons une chance d'être entendus.

Pour des informations détaillées au plan national on peut aller sur le site refus linky

on peut aussi signer la pétition

Grand rassemblement des coquelicots le vendredi 5 avril à saint marcellin.

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans la terre, dans nos rivières, dans l’eau du robinet, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveaux nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères. Depuis plus de 20 ans, de nombreuses études établissent un lien entre l’usage des pesticides et de nombreuses maladies. Déjà en 2013, l’INSERM publiait un recueil d’études alarmant de 2000 pages sur l’épidémiologie internationale. En France, de nombreux médecins constatent l’augmentation des maladies chroniques : cancers, troubles de la fertilité, maladies neurologiques, diabète, autisme, malformation à la naissance et troubles psychomoteurs chez les enfants etc. . . .. Près de 2000 d’entre eux se sont regroupés en association*pour alerter les pouvoirs publics (*association Alerte Médecins Les Pesticides). Un groupe international de chercheurs d’une vingtaine de pays a listé les effets dévastateurs des pesticides, particulièrement les neurotoxiques, sur les écosystèmes. Leurs conclusions publiées dans la revue scientifique « environnemental science and pollution research » sont sans appel. En 15 ans, un tiers des oiseaux ont disparu , la moitié des papillons en 20 ans.Les insectes pollinisateurs dont les abeilles meurent par milliards. Il en est de même pour les batraciens.

Face à l’inaction de nos dirigeants et les puissants lobbys de l’agrochimie, le collectif d’association GSE, ASTRE et NOIX NATURE SANTE vous invite à participer à l’appel national à la résistance pour l’interdiction des pesticides, le Vendredi 5 avril à 18h30 devant la Mairie de Saint-Marcellin à 18h30. Ce soir-là, la parole sera donnée aux représentants d’apiculteurs. Nous espérons être très nombreux pour ce grand rassemblement. Venez avec des pancartes et des coquelicots que vous aurez fabriqués en vous inspirant des conseils donnés sur le site (https://nousvoulonsdescoquelicots.org).

Le rassemblement sera suivi d’un pot de l’amitié organisé par les associations GSE et ASTRE à la Bioccoop de St Marcellin Centre (apporter un verre si possible). On pourra aussi avoir tous les renseignements sur la campagne analyse du glyphosate dans notre corps.

profitez en aussi pour soutenir de jeunes agriculteurs bio en voie d'installation.:

aidez votre maraichère à sortir de terre

le mardi 19 mars salle des fêtes d'Izeron, un film et un débat,soirée réussie

Le film de Marc Peyronnard , salle des fêtes d’Izeron le mardi 19 mars à 20h15, dans le cadre du Festival décentralisé du film nature et environnement de La FRAPNA

organisé par le collectif GSE Astre dans le cadre de la semaine pour des alternatives aux pesticides a regroupé environ 70 personnes bien intéressées par les explications du réalisateur.

Le changement climatique est le plus grand défi environnemental auquel nous devons faire face, chacun de nous peut agir !

On n’y pense pas toujours, mais les aliments que l’on choisit de mettre dans nos assiettes ont un énorme poids sur le changement climatique. L’agriculture et l’alimentation, sont la principale source d’émission de gaz à effet de serre, et représentent 30 %des émissions totales de gaz à effet de serre dans les pays développés. La consommation de produits d’origine animale, est la cause n°1 de pollution, avant les transports !

Dans le secteur agricole, le principal levier d’action consiste à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, liées à la fertilisation azotée. Les légumineuses qui ont la capacité à fixer l’azote de l’air dans le sol ont un rôle majeur à jouer. En se substituant aux engrais azotés de synthèse, les légumineuses deviennent des alliées incontournables dans la lutte contre le réchauffement climatique, elles contribuent à faire des sols agricoles un puits de carbone.

Encore mieux : non contentes d’être des alliées idéales de l’agronome et de l’agriculteur, les légumineuses se mangent, elles peuvent être délicieuses, elles sont également bonnes pour notre santé, comme source de protéines, elles peuvent remplacer la viande.

A travers quelques exemples concrets, le film nous présente un autre modèle agricole, non seulement plus respectueux de l’environnement et bon pour notre santé, mais également, plus rémunérateur pour les agriculteurs.

Les coquelicots essaiment à Vinay.

Le nouveau rassemblement du mouvement « nous voulons des coquelicots », demandant l’arrêt des pesticides de synthèse a regroupé une quarantaine de personnes devant la mairie de Vinay à l’appel du collectif Astre GSE et de l’association « Noix, Nature, santé ». Le président de GSE, Pierre Feugier a pris la parole pour expliquer la nocivité des pesticides et particulièrement des neurosystémiques pour lesquels il ne faut plus raisonner en microgrammes mais en nanogrammes. Il a signalé que dans de très nombreuses communes du Sud Grésivaudan l’eau du robinet contenait de fortes proportions de pesticides ( à l’exception de quelques communes, dont Vinay et saint Lattier). Puis la présidente de « noix, nature, santé » Sylvia Vieuguet a expliqué le combat local mené par son association pour essayer de limiter au maximum l’emploi des pesticides dans les noyeraies et les discussions menées avec des nuciculteurs , des élus locaux, des responsables agricoles pour éviter les traitements près des écoles, des habitations et pour trouver des techniques de remplacement moins nocives. Un des responsables de la campagne « mesurez le glyphosate dans vos urines » a collecté des inscriptions qui continuent.

La soirée s’est terminée sur un verre de jus de fruits de l’amitié offert par Noix nature santé et Pierre Feugier a appelé à un très grand rassemblement des coquelicots pour le vendredi 5 avril à nouveau à Saint Marcellin, en faisant appel à la mobilisation des apiculteurs.

rassemblement des coquelicots le 1er février à saint Marcellin

Rassemblement des coquelicots le 1er février

Un petit compte rendu par Aline Pennors du rassemblement du 1er février à saint Marcellin:

Nous étions une 50quantaine, malgré le froid et la pluie…

Après un petit rappel de ma part sur le sens et l'importance de notre action et sur le fait qu'il y avait un livre à dévorer, sur le rappel de la Loi Labbé,( la loi Labbé) un jeune faucheur volontaire, en relation avec ceux de l'Ariège a dit qu'il avait déjà fait le tour de toutes les jardineries du coin et qu'il n'y avait plus de pesticides interdits en rayon ; ensuite Daniel Breuil a parlé du site Facebook et à inciter toutes les personnes qui le souhaitent à s'exprimer dessus et/ou publier des photos. Puis Martial nous a parlé de l'action qu'il fait avec les gilets jaunes, concernant le tri des déchets : deux personnes se sont joints à lui pour rédiger une lettre recommandée à la comcom.

Puis Linda la maraichère a présenté son projet d'installation et là, je crois que Michel ou Jacques Roubaud, a pris la parole pour dire que l'on était hors sujet.... ce à quoi j'ai répondu qu'il était aussi question d'environnement et de culture sans glyphosate mais l'intervention de Linda a été très courte.

Comme première action, il a été décidé à l'unanimité d'adresser une lettre aux maires pour qu'ils se prononcent sur l'interdiction des pesticides dans leur commune : là encore, 4 personnes se sont proposées (dont Martial) ; ils nous montreront le résultat le 1° mars.

Puis rappel du prochain rassemblement le vendredi 1° mars à Vinay avec un premier RV à 18h05 sur la place d'Armes pour co-voiturage .

Ensuite échange avec la journaliste, Cécile Alibert : son article est à surveiller ce vendredi et direction l'espace Saint Laurent, salle 11 ou Christian et Geneviève avaient tout préparé. : nous étions une grosse trentaine. Projection du Clip, puis discussion et appel à inscription : pendant les échanges et pendant que Christian, le faucheur de St Antoine et Geneviève expliquaient le déroulement de la procédure, un cahier circulait pour que les personnes qui le souhaitent s'inscrivent ; nous avons récolté une trentaine d'inscription pour effectuer une analyse avec la présence d'un huissier. campagne "glyphosate" recherche dans les urines

Fin de la réunion vers 20h45. Bonne impression.

Lundi 4 un article de frédérique Gelas est également paru dans le Dauphiné Libéré avec une photo sous le titre :

Le collectif « nous voulons des coquelicots » s’est réuni vendredi soir

« Les pesticides s’invitent dans le grand débat »

voir le compte rendu du débat du lundi 4

- Le rassemblement du vendredi 1er mars aura lieu à Vinay, avec l'association "noix, nature, santé" et notre collectif Astre-Gse.

- Nous souhaitons faire un très gros rassemblement à Saint Marcellin le vendredi 5 avril.

les voeux des coquelicots

Malgré le froid et les vacances ce sont quatre vingt personnes qui se sont encore retrouvées devant la mairie puis Biocoop ce vendredi 4 janvier pour dire leur détermination à voir cesser l’usage des pesticides le plus vite possible. Plusieurs intervenants se sont succédés sur les marches de la mairie pour apporter des informations sur la toxicité des « phytosanitaires » de synthèse : Aline Pennors a rappelé les objectifs de la campagne « Nous voulons des coquelicots », parmi lesquels une cartographie nationale de l’usage des pesticides où la vallée de l’Isère et la Drôme (surtout dans les vignes) sont plutôt haut placées ; Pierre Feugier a insisté sur le rôle destructeur des insecticides néonicotinoïdes même utilisés à faible dose ; Christian Astori a rappelé la manière de participer à la « campagne glyphosate »permettant l’analyse de la présence de pesticides dans les urines… Les signatures continuent d’arriver et les pétitions de se remplir . Une page facebook va être ouverte pour le collectif .

Après les discours les participants sont allés se réchauffer devant Biocoop en dégustant un délicieux vin chaud apprécié des plus grands et un succulent chocolat qu’ont adoré les enfants présents ; la soirée s’est terminée en chanson ( écrite, interprétée et jouée par les jeunes employés de Biocoop et leurs amis) en espérant pour tous une heureuse année de mobilisation fleurie de coquelicots. voir news

Pour une belle nouvelle année sans pesticides.

Après le succès du rassemblement du 7 déc à l’appel national, « nous voulons des coquelicots », nous vous invitons à revenir Vendredi 4 janvier 2019 à 18H30

devant la Mairie de St Marcellin et Bio Coop Centre ville.

Pour fêter une nouvelle année où nous espérons atteindre les 5 millions de signatures (nous en sommes à 425000), le collectif Astre-GSE vous propose Chocolat chaud et vin chaud

préparés par GSE et Bio Coop( si possible amener un verre pour les déguster) ; apprenez aussi les chansons que vous trouverez ici et que les artistes se préparent :

chanson1; chanson 2

chanson3

chanson 4; chanson 5 ; chanson 6;

chanson7

les coquelicots en hiver

Belle réussite du rassemblement du vendredi 7 décembre, où, répondant à l’appel national de l’association « Nous voulons des coquelicots », c’est un peu plus d’une centaine de personnes qui sont venues, passées ou restées de 18h30 à 19h30 pour dire leur volonté de tenir jusqu’à l’interdiction définitive des pesticides de synthèse. Deux à trois fois plus nombreux que le 2 novembre, venus aussi d’horizons plus divers ( quelques gilets jaunes parmi eux) les manifestants se sont d’abord rassemblés devant la mairie de Saint Marcellin où les représentantes du collectif Astre GSE ont rappelé l’origine du mouvement, lu la lettre nationale qui appelle chacun à faire signer la pétition autour de soi, à contribuer à élaborer une carte de France des pesticides et à semer partout coquelicots, bleuets et autres fleurs sauvages…Depuis les marches de la mairie, ils ont entonné en chœur une adaptation des « gentils coquelicots ».

« … peu à peu la nature se vide De vie sauvage, soyons lucides

C’est à cause des pesticides qu’ya plus d’coquelicots, m’sieurs dames, qu’ya plus de coquelicots…

Ces poisons partout répandus, jusque dans chaque individu

Dans la terre , dans chaque goutte d’eau, ya plus de coquelicots…. »

Puis tout le monde s’est déplacé jusqu’à la terrasse devant Biocoop Centre-ville, rejoints par de nouveaux arrivants pour déguster un délicieux bol de soupe fabriquée par des bénévoles du collectif et de Biocoop dans l’atelier du magasin. Ce fut un moment convivial et militant où d’autres associations présentes sont intervenues : « Noix , nature et santé » une association récente créée dans la zone de la grande Communauté de communes et qui compte déjà 170 adhérents ; « Campagne Glyphosate » dont le représentant C . Astori a projeté un court film clip intitulé « j’ai des pesticides dans les urines, et toi ? » ; il s’agit de participer à une campagne d’analyses d’urines accompagnée d’un éventuel dépôt de plainte : de nombreux formulaires d’inscription ont été distribués. On peut s’en procurer en ccliquant sur "analyses d'urines" en rouge..

Chacun est reparti avec sa feuille de pétition et la volonté de revenir le prochain premier vendredi du mois de janvier. voir aussi la rubrique "contre les pesticides"

Amis des coquelicots, GSE vous invite le 7 décembre à 18h30

Le collectif Astre-GSE vous invite à participer au rassemblement devant la mairie et Biocoop centre-ville de Saint Marcellin le vendredi 7 décembre de 18h30 à 19h30 dans le cadre de la campagne « Nous voulons des Coquelicots » qui a lieu chaque premier vendredi du mois, dans toutes les villes et villages de France. Nous étions une quarantaine le 2 novembre, malgré la pluie, soyons plus nombreux cette fois, pour réclamer l’interdiction des pesticides de synthèse, poisons qui détruisent tout ce qui est vivant.

Une soupe chaude préparée par GSE et Biocoop vous permettra de résister aux frimas et de prendre en charge la pétition à faire signer autour de soi. Venez nombreux avec un coquelicot(factice) à la boutonnière ou un vêtement de la même couleur et si vous le pouvez, un bol ou autre récipient pour déguster la soupe.

vous pouvez aller sur le site national de l'association qui vous fournira beaucoup d'informations et même des textes de chansons pour animer notre soirée (Nous voulons des coquelicots) .

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes.

vous pouvez aussi consulter la loi qui interdit aux collectivités l'usage des pesticides dans les lieux publics. Demandez à ce qu'elle soit respectée.

. Le manifeste sera présenté ainsi qu’une pétition à faire signer qui vous sera distribuée .

le 2 novembre à saint marcellin:

Insecticide mon amour aux Méliès le 20 mars, une réussite

Dans le cadre de la semaine pour des alternatives aux pesticides,

GSE avait organisé la projection du film "Insecticide mon amour"

en collaboration avec le cinéma Les Méliès à Saint Marcellin le dimanche 20 mars à 17h30.

la salle de cinéma était pleine (plus de 100 personnes) et le public est resté presqu'en totalité pour suivre les explications données par

Pierre Feugier, apiculteur et président de notre association GSE et de l'association "les fruits retrouvés et participer au débat sur ce sujet.

Une réussite que cette soirée que le réalisateur qui en a été informé par la programatrice des Méliès a bien appréciée.